blank
De quelle carte prendre ?

De quelle carte prendre ?

Un bon déclarant doit être doté d'une technique solide, bien sûr, mais aussi doit faire preuve de...

Edito de Juillet 2019

Edito de Juillet 2019

Lire du bridge... Il fut un temps, pas si éloigné, pendant lequel la lecture au bridge était une...

DN3 par paire 2018-2019

DN3 par paire 2018-2019

Reléguée l'an passé pour cause de... bon jeu, la paire Aussudre-Jeanneteau a du repartir cette...

  • Vous cherchez un stage ou un voyage ?

    Vous cherchez un stage ou un voyage ?

  • De quelle carte prendre ?

    De quelle carte prendre ?

  • Edito de Juillet 2019

    Edito de Juillet 2019

  • DN3 par paire 2018-2019

    DN3 par paire 2018-2019

 

Téléchargez et imprimez ICI le n° 56 d'Atout Bridge

 

Lire du bridge...

Il fut un temps, pas si éloigné, pendant lequel la lecture au bridge était une étape quasi incontournable pour les joueurs. Pendant une semaine de stage, allez disons avec cinquante clients, on vendait une bonne vingtaine de livres. Désormais, on peut diviser ce nombre par cinq ou six !

Je sais bien qu'internet est aussi passé par là, avec ses jeux en ligne, livres électroniques et compagnie qui, à mon sens, enlèvent quand même pas mal le côté convivial et « sensoriel », la tenue, pour moi, de cartes ou d'un livre dans les mains étant beaucoup plus agréable qu'un clavier et une souris.

Mais peut-être aussi n'avons-nous pas su, nous les auteurs, nous mettre au gout du jour, « coller au marché » nous dirait d'éminents cadres d'institut de sondages, chercher de nouveaux thèmes d'enchères, de cartes (plus difficile), peut-être qu'un livre de bridge est aussi un peu cher, les dernières productions dépassent les 30 €... Ceci est explicable facilement, un best-seller de bridge est un livre qui va dépasser les dix mille exemplaires vendus, les droits d'auteur étant dans une fourchette de 12 à 14% du prix de vente hors taxes, vous voyez de suite que l'écrivain ne va pas faire fortune, Marc LEVY ou Guillaume MUSSO ne jouent pas dans la même cour !

Mais c'est bien dommage, au temps béni du non internet, on attendait la revue « le bridgeur » dans nos boites aux lettres comme une « deb. » son cavalier au bal du même nom, on dévorait les livres même ceux écrits en anglais, et on progressait grâce à ça, on échangeait (dans les clubs, pas sur skype...), on jouait, on vivait en somme, mais bon, o tempora o mores, mais remettez vous à lire du bridge, c'est agréable, ludique, cela fait travailler les neurones et est source de progrès.

 

Vive le bridge !

Yves JEANNETEAU.

 

 

 

 

 



Restez informés grâce à notre newsletter